Revue de presse
Notre église

 

 

Dimanche 1er octobrebre
 Messe chantée à 10h30

 

Lundi 2 octobre
Messe à 9h30
Enseignement à 10h15
Adoration eucharistique de 11h à 12h

 

Mardi 3 octobre
Messe à 9h30
Enseignement à 10h15
Adoration eucharistique de 11h à 12h

Mercredi 4 octobre
Pas de messe

Jeudi 5 octobre
Pas de messe

Vendredi 6 octobre
1er vendredi du mois
Chemin de Croix à 18h15
Messe à 19h
Adoration eucharistique toute la nuit

 

Samedi 7 octobre
1er samedi du mois
Messe à 11h suivie de

l'enseignement de la Milice de L'Immaculée
et renouvellement de la consécration des Chevaliers.

 

Dimanche 8 Octobre
 18è dimanche après la Pentecôte
Solennité du très Saint Rosaire
Messe chantée à 10h30



Suivez le calendrier liturgique ainsi que la messe sur votre smartphone avec l'application ORDO.
Pour chaque messe, de semaine ou du dimanche,
on peut suivre en français ou en latin
en défilement avec le propre du jour. 

 

_____________________________________________

Avertissement concernant cette revue de presse. Les catholiques ne sont ni de droite, ni de gauche, ils sont d’En-Haut.
Ici, pas de “prêt à penser” ; pour ce qui est factuel, les sources des informations diffusées sont croisées et leur choix déterminé par leur absence dans les grands médias nationaux. Pour le reste, faites confiance à votre liberté d’enfant de Dieu, l’Esprit Saint vous alertera sur les bêtises qui auront pu y être écrites ! 

Le scout d'Europe qui s'est interposé lors du drame d'Annecy

12/06/2023

Le scout d'Europe qui s'est interposé lors du drame d'Annecy

De Pierre Jova sur le site de l'hebdomadaire "La Vie" 

Ancien chef scout d’Europe, Henri d'Anselme, jeune homme de 24 ans, suscite l’admiration pour avoir affronté l’homme qui a grièvement blessé six personnes jeudi 8 juin dans la Venise des Alpes. Une attitude qui honore ses idéaux d’éclaireur, et rappelle que de tels actes d'héroïsme ont quelque chose d'universel.

« Même le plus noir nuage a toujours sa frange d’or. » Le refrain du chant « L’Espérance » a bercé bien des veillées scoutes, autour d’un feu de camp dans une clairière. Il s'applique étonnamment au drame qui a ensanglanté Annecy, le 8 juin 2023, et illustre le retournement qui s'y est opéré. Alors qu’un demandeur d'asile syrien s’attaquait à des enfants et des adultes dans les fameux Jardins de l’Europe, le parc au bord du lac de Haute-Savoie, un jeune homme s’est interposé : Henri d’Anselme, 24 ans.

 

À mains nues, armé de son seul sac à dos, il a affronté l’assaillant. Avec d’autres, il a permis sa neutralisation. « Je n’ai pas réfléchi. Pour moi, c’était impensable de ne rien faire. J’ai agi comme un Français devrait agir, c’est-à-dire que j’ai suivi mon instinct et j’ai tout fait pour protéger le plus faible », a-t-il déclaré sur CNews, le 9 juin au matin. Et de préciser, sur LCI : « Il ne faut pas me traiter en héros national. »

 

Pourtant, en quelques heures, le « héros au sac à dos » a été plébiscité sur les réseaux sociaux. Son anonymat n’a guère tenu. On sait désormais que Henri d’Anselme, diplômé d’une licence en philosophie et d’un master management international, est un pèlerin. Il effectue depuis le 27 mars un tour de France des cathédrales, parsemant sa route de prières diffusées sur Instagram et Telegram. Arrivé à Annecy, il s’apprêtait à rallier l’abbaye d’Hautecombe, perchée sur le lac voisin du Bourget. « Quand j’ai agi au square, ce qui m’a poussé, c’est cette grandeur dont je me nourris », a encore expliqué le jeune homme à CNews, déclarant vouloir « faire découvrir au plus grand nombre, à tous ceux qui le veulent, qui sont sensibles à ça, la beauté de nos cathédrales ».

 

« Message chevaleresque »

Henri d’Anselme a aussi confessé sa foi catholique, avec pudeur et simplicité.« La foi, c’est quelque chose de très mystérieux, puisque ce n'est pas quelque chose dont on peut parler aisément, a-t-il témoigné sur BFM TV. C’est très intime. Ce n'est pas quelque chose d’intellectuel, c’est une rencontre personnelle qu’on vit avec le Christ, et cette rencontre, j’invite tout le monde à la faire parce qu’elle est merveilleuse, elle transforme des vies ! Et surtout, une fois qu’on se sait aimé du Bon Dieu et qu’il nous a sauvé la vie, on peut agir sans trop penser à la sienne, pour essayer de sauver celles des enfants. »

Interrogé sur le christianisme dont se prévaut l’assaillant, le jeune homme a eu des mots définitifs : « C’est profondément antichrétien de s’en prendre à des êtres innocents. (...) Toute la civilisation chrétienne sur laquelle s’est construit notre pays est justement un message chevaleresque de défendre la veuve et l’orphelin. (...) Au contraire, c’est quelque chose de très mauvais qui l’habitait », ajoute-t-il, dans une allusion à peine voilée à l'idée de possession démoniaque, la même qui faisait dire au père Jacques Hamel, face à son agresseur de Saint-Étienne-du-Rouvray : « Va-t-en Satan ! »

 

De même que le geste de courage a frappé, la simplicité de ce témoignage force le respect – même s’il suscite déjà l’ironie de certains commentateurs. Il rappelle aussi ceux, en d’autres circonstances, de Danielle Merian, avocate retraitée et militante de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture, qui lança un message d’optimisme devant le Bataclan, au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, ou du colonel Arnaud Beltrame, assassiné après avoir pris la place de l’otage d’un djihadiste, à Trèbes, le 23 mars 2018. Le geste d’Henri d’Anselme renvoie aussi à la noblesse du scoutisme, dont il est un éminent représentant.

 

« Servir et sauver son prochain »

Actuellement routier, la branche adulte de l'Association des Guides et Scouts d’Europe, il a été chef de la 3e Port-Marly, une troupe scoute affiliée à la paroisse Saint-Louis du Port-Marly, dans les Yvelines, d’où le jeune homme est originaire. L’église est desservie par l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre, une communauté traditionaliste.

 

Comme tant d'autres scouts et guides, Henri d’Anselme a baigné dans cet idéal transmis de génération en génération : la « B.A. » (bonne action) quotidienne, le salut scout signifiant que « le plus fort protège le plus faible »... Il a dû méditer les commandements de la loi scoute : « Le scout est fait pour servir et sauver son prochain. Le scout est l’ami de tous et le frère de tout autre scout. Le scout est courtois et chevaleresque. Le scout voit dans la nature l’œuvre de Dieu : il aime les plantes et les animaux. Le scout obéit sans réplique et ne fait rien à moitié… »

 

À l’acmé de leur parcours, les routiers scouts doivent réaliser une « longue piste » : un chemin initiatique pour entrer au fond d’eux-mêmes, toucher leurs limites et s’en remettre à Dieu et aux autres. Henri d’Anselme l’avait-il déjà effectuée, ou la faisait-il en pèlerinant de cathédrale en cathédrale ? En attendant sa réponse, le goût de la marche, vécue dans la prière et la médiation, semble être au cœur de sa vie.

 

Pas de scoutisme sans service, y compris au péril de sa vie : les scouts connaissent « Les excuses de l’aspirant », chanson poignante inspirée du destin d’Albert Hatswell, Londonien de 12 ans, tué le lundi de Pâques 1914 en ayant arrêté un cheval qui s’était emballé. « Faut pas me traiter de martyr !, chante un couplet. Moi, je cherchais l'occasion / De faire ma Bonne Action, / Et je l'ai faite. » Beaucoup de scouts penseront sans doute ces prochains jours à Henri d’Anselme en fredonnant ces paroles.

 

Un héroïsme rare, mais universel

Le héros, qui a confié en 2021 sur les ondes de Radio Courtoisie son amour pour l’écrivain royaliste Jean Raspail, ne plaira sans doute pas à tout le monde, à mesure que ses convictions seront connues. Mais le scoutisme puise dans la fougue de la jeunesse, et il n’en demeure pas moins que le pèlerin d'Annecy a porté haut l’authentique esprit scout, parfois tristement ridiculisé, parfois réduit à une affaire de milieu social.

 

De tels actes d'héroïsme sont rares ; ils ont pourtant quelque chose d'universel. À plusieurs reprises, ces dernières années, les tragédies et les attentats qui endeuillent la France ont révélé des personnes intervenant au péril de leur vie. Comme Franck Terrier, qui avait pris en chasse sur son scooter le camion fonçant dans la foule à Nice, le 14 juillet 2016. Comme Lassana Bathily, l'employé malien de l'Hypercacher de Vincennes, qui avait sauvé plusieurs personnes lors de la prise d’otages du 9 novembre 2015. Comme Yoav Hattab, l’autre héros de ce même attentat, fils de rabbin, âgé de 21 ans, tué après avoir essayé de s’emparer d’une des armes du terroriste.

 

Peu après la mort du colonel Beltrame, un ami gendarme de l’auteur de ces lignes lui écrivit ce message : « Je formule le vœu que le sacrifice de cet officier catholique, collant si bien au modèle du héros dont nous avons été bercé depuis tout petit, ne nous fasse pas oublier l'universalité de l'esprit de sacrifice et la diversité des femmes et des hommes qui ont donné ou donneront demain leur vie pour protéger ou sauver leur prochain. » À Annecy, Henri d’Anselme ne fut pas seul à s’interposer. Mais en devenant l'emblème du juste qui se dresse face à l'agresseur, il a honoré ce que sa promesse scoute porte peut-être de plus humain : aider son prochain, en toutes circonstances.